Palabre

La °palabre °performance 

Concept

Dans la culture orale africaine traditionnelle, l’acte de narration peut se définir comme la parure du verbe. Il compose un répertoire immédiat, interactionnel, non médiatisé : le conteur et son auditoire sont présents dans un même lieu et la transmission découle d’une situation d’échange connivent.

 

C’est cette juxtaposition « éloquente » entre discours et rapports sociaux qui inspire la manifestation °palabre °performance.

 

Protocole

Le lieu hôte procède à l’annonce de la manifestation et gère l’inscription des participants.

 

1. Séquence préparatoire : la confection des papillons.

Les futurs participants sont invités à recopier à la main sur des papillons autocollants (type Post-It) une série d’afrorismes « qui leur parlent ».  S’ils en ont la capacité et le désir, certains peuvent traduire les afrorismes dans une langue ou un dialecte de leur choix.  

 

2. Séquence initiale : la dispersion muette.

La manifestation s’ouvre avec le collage des différents papillons sur un mur. Se constitue ainsi une œuvre graphique où écritures et couleurs créent une première ligne de connexion entre les afrorismes.

 

3. Séquence suivante : la dispersion chorale.

Il s’agit de donner à entendre les afrorismes présentés. Les participants se déplacent le long du mur. Ils lisent à haute voix et ensemble les textes qui sont sous leurs yeux. Un soutien instrumental (par exemple, djembé) peut être apporté. L’expérience recherchée ici est celle qui conduit à percevoir que les mots ne sont pas emmurés dans leur stricte signification. Ainsi, toute langue est aussi bien une « langue lyrique » qui atteste l’attachement universel des hommes à l’idéal poétique.

 

4. Séquence ultérieure : la dispersion attentive.

Les participants vont devoir maintenant travailler le « souffle collectif » par la lecture des afrorismes sans interruption ni chevauchement. Chacun a voix au chapitre et doit estimer s’il peut ou non prendre la parole. L’objectif c’est que le niveau d’écoute des participants se renforce, au-delà du « rapprochement » stimulé par les étapes précédentes.

 

5. Séquence conclusive : la dispersion cognitive.

Le moment est venu de commencer la palabre. Au cours de cette séquence les participants explorent – sans obstination ni polémique - les sens multiples (et parfois dissimulés) du dernier afrorisme énoncé au cours de la séquence précédente. Le décollage des papillons conclut la manifestation.

 

 

© Jean-Pierre Texier, Ali Diakité, 2014